Professionnels en exercice, les membres du réseau des Biographes diplômés sont tous passés par la case « université » pour apprendre le métier de biographe. C’est ce qui les unit. La création du réseau a répondu à un besoin d’échanges, d’émulation, d’enrichissement, de mise en commun. Aujourd’hui, l’objectif de ses membres est de poursuivre cette aventure humaine qu’ils mettent au service des destinataires de leurs travaux d’écriture : les clients.

Une aventure humaine au service du métier de biographe

Pour beaucoup d’entre nous, s’engager dans la licence Conseil en écriture professionnelle et privée relevait d’un challenge. Certains sétaient lancés dans l’aventure sans mesurer l’ampleur des contraintes : des centaines de kilomètres hebdomadaires et un emploi du temps digne d’un ministre. Après coup, on peut dire qu’il nous avait fallu une certaine passion pour nous lancer dans l’aventure.

Si nous l’avions fait, c’est parce que nous avions la conviction d’opter pour un métier d’exception.
Le jeu en valait-il la chandelle ? Sans conteste, oui. Durant cette année un peu folle, nous avions rencontré des personnes de tous horizons, suivi des enseignements pointus, vécu des mises en situation sur le terrain, et mené des travaux collectifs à même de nous donner confiance dans nos capacités à exercer le métier que nous avions choisi, celui de biographe.
Le diplôme en poche, chacun a rejoint son cadre familier, avec l’idée de poursuivre l’aventure en s’installant à son compte. Désormais, nous devions évoluer en solitaire, éloignés de nos camarades de promo et de nos confrères. Nous étions alors très loin de l’idée d’un réseau.
Certains se sont adaptés sans mal à ce nouveau cadre, d’autres ont éprouvé le besoin de renouer avec les relations confraternelles et l’émulation intellectuelle de l’université. Car au fil des missions, ils ont progressivement ressenti une double frustration : celle d’améliorer leurs savoir-faire sans possibilité de les partager, celle de ne pas pouvoir s’enrichir de l’expérience de collègues… Pour beaucoup, le travail en solitaire a créé un désir prégnant de mise en commun. 
 

Une aventure humaine au service de nos clients

Quelques-uns d’entre nous avaient conservé précieusement un lien ténu avec des camarades, une adresse mail, un numéro de téléphone…
Un premier rendez-vous, à trois, dans un café parisien s’est rapidement transformé en moment convivial et d’échange de bonnes pratiques. Puis, croisant d’autres collègues lors de colloques ou de salons, nous avons, au cours de nouvelles discussions, abordé le thème de la biographie et nos manières de travailler… Une adresse, un conseil de lecture, un avis pertinent sur une stratégie nous conduisaient à apprécier toujours plus ces moments volés au hasard de rencontres… Nous étions désormais six à nous enrichir du terreau de nos expériences.
Au printemps 2019, nous avons décidé de mettre un cadre à ces discussions informelles et de nous structurer en réseau. Plusieurs sessions de travail à distance se sont enchaînées grâce à Skype et Dropbox Paper (espace de travail collaboratif en ligne) et deux week-ends studieux dans les maisons accueillantes de nos membres.
Parce qu’avant tout c’est le diplôme qui nous unit, nous avons nommé ce réseau Les biographes diplômés. Il s’adresse aux particuliers comme aux professionnels et collectivités. Notre site Internet, et notamment la charte déontologique, ainsi que la Foire aux questions (FAQ) fournissent un exemple d’un premier travail collaboratif dans lequel les internautes et futurs clients trouveront de nombreuses réponses à leurs interrogations.
Composé de six biographes aujourd’hui, notre réseau est voué à s’étendre, notamment pour une couverture plus large du territoire. Au-delà de l’indispensable diplôme, et l’adhésion à la charte, les membres devront prendre le temps de faire connaissance pour avancer de concert.
 
Ainsi, l’aventure continue et d’autres chapitres s’écrivent. 
Face à la multiplicité d’offres commerciales de services de biographies, il nous paraît indispensable de pouvoir répondre d’une seule voix aux personnes désireuses de recourir à ce type de prestations. Méthodologie, contractualisation, devis… les sujets qui concourront à la création de normes professionnelles ne manquent pas. À coup sûr, le poids d’un diplôme et les réflexions qui nous animent sont à mettre au service des principaux destinataires : nos clients.

 

Franceline Bürgel, 10 novembre 2019